L’astigmatisme est une maladie de l’œil dû à la déformation de la cornée. Il se manifeste par des troubles de la vue aussi bien de loin que de près. Il apparait souvent à la puberté. D’après certaines études, il peut s’agir d’un problème héréditaire, mais cela reste une hypothèse. Il n’existe, pour le moment, aucune preuve tangible qui le confirme. Dans tous les cas, il se soigne.

Le port de lentilles ou de lunettes

Les lunettes permettent de corriger la vue si l’astigmatisme n’est pas encore à un stade avancé. Cependant, cette solution n’est que provisoire, car l’astigmatisme peut évoluer. Il apparaît à la puberté et peut s’aggraver jusqu’à l’âge de 20 ans. L’état de la cornée se stabilise une fois cette période dépassée. Les lentilles sclérales se posent comme les solutions les mieux adaptées pour lutter contre l’astigmatisme.

En s’associant au film lacrymal, elles forment une interface qui modifie la surface de la cornée. Elles préviennent la sécheresse oculaire. Elles se démarquent des modèles classiques par leur rigidité. Elles sont plus faciles à porter, car elles sont fabriquées avec du fluorosilicoacrylate ou de la silicone qui peut être traversé par l’oxygène. Leur zone de couverture étant assez grande, elle dépasse la surface cornéenne. Cependant, elles ne conviennent pas à tous les patients. En cas d’intolérance, la chirurgie peut être indispensable. Afin de prendre la meilleure décision, le mieux est de consulter un expert en lentilles spéciales pour le traitement du kératocône. Il peut vous dire si cette solution vous convient ou non et peut vous proposer une lentille de contact sur-mesure.

Le cross-linking

Chez certains patients, cette déformation de la cornée se développe rapidement jusqu’à entrainer la cécité. Malgré les différentes techniques utilisées pour rétablir la vue, elle s’aggrave. Grâce à de récentes recherches, les scientifiques ont établi un nouveau protocole de traitement qui permet de bloquer définitivement son évolution : le cross-linking. Il a pour but de renforcer le stroma, la couche fragilisée par l’astigmatisme, grâce à un procédé chimique.

Concrètement, le spécialiste gratte l’épithélium, qui est la couche protectrice de la cornée qui se régénère naturellement, pour faire apparaître le stroma. Pour cela, il utilise une brosse spéciale. Il y verse une vingtaine de gouttes de vitamine B2, soit une goutte toutes les 60 secondes, et expose l’œil au rayon UVA durant une demi-heure. À la suite de l’opération, le patient recouvre la vue et sa cornée reprend sa forme initiale. L’opération, qui se déroule sous anesthésie topique, ne produit aucune douleur. Elle dure environ une heure.

Le cross-linking permet d’obtenir des résultats qui durent dans le temps. Comparé aux autres techniques, il peut être onéreux, mais il est plus efficace. Sa durée d’efficacité varie entre 5 et 10 ans. Il est, en partie, pris en charge par la sécurité sociale.

La greffe de la cornée

Cette intervention chirurgicale est connue sous la dénomination de « kéroplastie transfixiante ». Elle a pour but de remplacer la cornée malade par une nouvelle en bon état, qui a été prélevée sur un donneur décédé. En général, le chirurgien transplante la totalité de la cornée telle une prothèse oculaire, mais l’opération peut être partielle. Il peut choisir de ne greffer que ses deux couches les plus superficielles. La greffe de la cornée peut être associée à d’autres interventions, telles que la vitrectomie et la chirurgie du glaucome ou de la cataracte.

L’opération étant complexe, elle se fait sous anesthésie locale et exige entre 1 et 6 jours d’hospitalisation. Elle ne provoque aucune douleur, mais peut être inconfortable. L’œil du patient peut être sensible aux rayonnements lumineux. Des larmoiements peuvent être observés. En ce qui concerne les mesures post opératoires, le médecin conseille généralement le port de lunettes de soleil en journée et d’un dispositif de protection pour la nuit (10 nuits). Il faut compter jusqu’à 5 ans avant que la greffe ne se cicatrise.

Les anneaux intra cornéens

Les anneaux intra cornéens sont des dispositifs en plastique en forme de demi-cercle. Ils sont préconisés dans le traitement de l’astigmatisme si la lentille de contact rigide ne donne pas de résultats satisfaisants. Ils sont placés à l’intérieur de la cornée dans le but de la renforcer. Ainsi, il tend la partie centrale de ce composant de l’œil pour réduire ses irrégularités. À l’instar du cross-linking, il se déroule sous anesthésie topique.

Le chirurgien forme un tunnel en forme de cercle à l’intérieur de la cornée. Ce dernier est destiné à recevoir les anneaux : un ou deux en fonction de la déformation de la cornée. Il effectue une petite entaille qui mesure 2 mm en guise de point d’introduction pour les anneaux. Ensuite, il crée deux conduits d’une profondeur équivalant à ¾ de celle de la cornée. Pour cela, il se sert d’un laser femtoseconde, un outil intégrant une technologie performante et sécurisée. Ainsi, il forme un tunnel dont le diamètre correspond à la taille des anneaux et à l’état de l’œil. Il est à noter que l’opération est réversible.

En général, la pose d’anneaux intra cornéens est efficace et aide le patient à retrouver la vue. Cependant, la vitesse de guérison dépend de chaque patient. Chez certaines personnes, la cornée reprend sa forme initiale au bout de quelques semaines, tandis que chez d’autres, sa régénération peut s’étendre jusqu’à plusieurs mois. Dans ce second cas, les anneaux prennent plus de temps pour s’adapter à la cornée. Une fois l’intervention terminée, l’expert peut proposer le port de lunettes ou de lentilles. Il recommande l’usage de collyre et de larmes artificielles durant quelques semaines. En cas d’échec, il retire les anneaux et passe à la greffe.